Pétition à l’initiative des enseignant.es et des étudiant.e.s du Département d’Études psychanalytiques de l’UFR l’Institut Humanités, Sciences et Sociétés (IHSS)  de l’Université Paris Diderot

20181 signataires depuis le 7 décembre 2018

Il y a cinquante ans, la psychanalyse entrait dans la formation des psychologues cliniciens à l’université, attirant des milliers d’étudiants et formant des psychologues reconnus dans les institutions médico-sociales et psychologiques. Ces psychologues cliniciens font du respect de la parole du sujet en souffrance la condition de leur pratique.

Depuis une dizaine d’années, le Haut conseil à l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES) confie la tâche d’évaluer cette formation à des psychologues d’obédience cognitivo-comportementaliste, hostiles à la formation clinique d’orientation psychanalytique. Il en résulte une volonté récurrente d’éliminer cette formation et la diversité de l’enseignement en psychologie.

L’attaque a repris d’une manière plus virulente récemment à l’occasion du renouvellement de l’accréditation de la licence en 2019. La licence de psychologie proposée par le Département d’études psychanalytiques de Paris Diderot (Paris 7) est ouvertement menacée de disparaître, au motif qu’elle assume sa spécificité psychanalytique. En s’appuyant sur des évaluations à charge, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche envisage la suppression pure et simple de cette licence, bien que celle-ci respecte le référentiel national.

Il s’agit d’une volonté autoritaire d’aligner toutes les offres de formation sur un modèle unique, au détriment de la clinique et de la psychopathologie orientées par la psychanalyse et par les sciences humaines. Nous constatons aujourd’hui cet alignement forcé dans tous les lieux d’enseignement de la psychologie à l’université en France. Il en est de même au conseil national des universités (CNU), où se décide la qualification des enseignants à l’université.

Dans le contexte actuel de la fusion imminente des universités parisiennes (janvier 2019), le risque est réel que la formation des psychologues cliniciens d’orientation psychanalytique soit éliminée. C’est maintenant qu’il faut refuser ce sort injuste.

 Mobilisons-nous en urgence contre l’uniformisation et pour la diversité de l’enseignement de la psychologie. Défendons la formation des psychologues cliniciens d’orientation psychanalytique à l’université.

Contre la suppression de la psychanalyse dans la formation des psychologues cliniciens

Il y a cinquante ans, la psychanalyse entrait dans la formation des psychologues cliniciens à l’université, attirant des milliers d'étudiants et formant des psychologues reconnus dans les institutions médico-sociales et psychologiques. Ces psychologues cliniciens font du respect de la parole du sujet en souffrance la condition de leur pratique.
Depuis une dizaine d’années, le Haut conseil à l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (HCERES) confie la tâche d’évaluer cette formation à des psychologues d’obédience cognitivo-comportementaliste, hostiles à la formation clinique d’orientation psychanalytique. Il en résulte une volonté récurrente d’éliminer cette formation et la diversité de l'enseignement en psychologie.
L'attaque a repris d’une manière plus virulente récemment à l’occasion du renouvellement de l'accréditation de la licence en 2019. La licence de psychologie proposée par le Département d’études psychanalytiques de Paris Diderot (Paris 7) est ouvertement menacée de disparaître, au motif qu’elle assume sa spécificité psychanalytique. En s’appuyant sur des évaluations à charge, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche envisage la suppression pure et simple de cette licence, bien que celle-ci respecte le référentiel national.
Il s’agit d’une volonté autoritaire d’aligner toutes les offres de formation sur un modèle unique, au détriment de la clinique et de la psychopathologie orientées par la psychanalyse et par les sciences humaines. Nous constatons aujourd’hui cet alignement forcé dans tous les lieux d’enseignement de la psychologie à l’université en France. Il en est de même au conseil national des universités (CNU), où se décide la qualification des enseignants à l’université.
Dans le contexte actuel de la fusion imminente des universités parisiennes (janvier 2019), le risque est réel que la formation des psychologues cliniciens d’orientation psychanalytique soit éliminée. C’est maintenant qu’il faut refuser ce sort injuste.
Mobilisons-nous en urgence contre l’uniformisation et pour la diversité de l’enseignement de la psychologie. Défendons la formation des psychologues cliniciens d’orientation psychanalytique à l’université.

**your signature**

Signer
20,181 signatures

Partager avec vos amis:

   


Dernières Signatures
20,181 Léana Delvinquière paris france étudiante
20,180 Volf Ludmila Pléchâtel France Artiste scénographes
20,179 Nivine Geagea Lebanon
20,178 Luce MICHELINI Toulouse France
20,177 Braitbart Ety Paris France Psychanalyste
20,176 Bufflier Marie-Anne Toulouse France Etudiante
20,175 Marie Ghigo Toulon France Psychologue Clinicienne
20,174 marie constantin bayeux France
20,173 DAMERVALLE Aude Grenoble France Etudiante
20,172 FAURE Vannina La Seyne sur mer France Éducatrice spécialisée
20,171 Prabel Carole
20,170 Cadiou Cindy Rennes France
20,169 Roger Javelle Tournefeuille France Association "Haqlte mal-être"
20,168 Delphin Alexandra Saint Quentin Fallaiver France
20,167 LAPENKO NATALIYA psychologue clinicienne
20,166 Cyprien Anrochte Nantes France Étudiant
20,165 Natacha Korde Quinssaines France Psychologue clinicienne libérale
20,164 Baptiste Lunel Nantes France Psychologue clinicien
20,163 Allan Caro Paris Étudiant en psychologie
20,162 Xavier FIGUCCIA MONTPELLIER France Psychologue
20,161 Mohamed Laicha Boé France Etudiante en psychologie
20,160 Toquin Jean-claude Anse France Consultant
20,159 Belfort Stéphanie toulouse France Etudiante en psychologie
20,158 Rameaux Christophe Marseille France Médiateur de santé pair en santé mentale au un chez soi d’abord de Marseille
20,157 Rémy Dufaut Troyes France Retraité
20,156 Isabelle Adam Paris France Psychologue du travail
20,155 etienne FORTELLE NANCY FRANCE
20,154 Prisca BOVRISSE Amiens France Etudiante en Psychologie Université Picardie Jules Verne
20,153 Richard Lejas Villejuif France Éducateur spécialisé
20,152 Sylvain Boizet Nice France Psychologue clinicien en Espace rencontre (Montjoye) et CMP (lenval)
20,151 Loiret Sandrine Paris France Psycho praticienne
20,150 Méline georges Bordeaux France
20,149 Marie jose Mouette Coulon Paris France Psychanalyste
20,148 Hannecart Stéphane Bettrechies France Thérapeute
20,147 Ewelina Spiewak Maisons-Alfort France Université Paris Descartes
20,146 Fortelle Linda Nicolau Nancy France Psychologue en psychiatrie
20,145 Heril Alain Lyon France Psychanalyste
20,144 Fougeroux Stephane Epinal France Psychologue
20,143 Jeremie Chouraqui Paris France Solon Avocats
20,142 Anya Gavinet
20,141 Pierre Nadege Alfortvilee France Psychologue, le 190 Paris
20,140 Anthony Joubert Rennes France
20,139 Autet Magali Nancy France Psychologue
20,138 Jean-Luc PIGNOL TALENCE France Psychologue Clinicien
20,137 claude antoine antony France ingenieur
20,136 Ghislaine Renard Psychologue
20,135 Payen Camille Vignacourt France
20,134 Solange HA Trets France
20,133 Loubaba Belmejdoub Casablanca Morocco Psychologue
20,132 Astruc Emmanuelle Casablanca Maroc Psychomotricienne liberal

20181